Journée de la Paix – manifestation de la LUCHA à Goma

Chers tous,

Comme annoncé, nous avons organisé une manifestation pacifique à Goma ce lundi 21/9/2015, à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix.

Le but de la manifestation était de :

  1. Rappeler la nécessité d’un processus électoral régulier et d’une alternance politique apaisée au sommet de l’Etat en 2016, comme gage de la consolidation de la paix et de la démocratie ;
  2. Dénoncer l’insécurité grandissante à l’Est de la RDC, que les autorités et la Monusco semblent incapables d’arrêter, avec notamment le massacre continu de nos compatriotes dans la région de Beni, la situation inquiétante des réseaux de kidnappeurs et de coupeurs de routes qui opèrent de plus en plus au Nord-Kivu en toute impunité, etc.
  3. Demander la libération de nos jeunes compatriotes Fred Bauma et Yves Makwambala des mouvements citoyens Lucha et Filimbi, qui viennent de dépasser 6 mois de détention injustifiée à Kinshasa, et la revendication plus générale du respect des libertés publiques (libertés d’opinion, d’expression, et de manifestation pacifique) en cette période électorale.

La manifestation s’est déroulée sans aucun incident (Une marche depuis le rond-point Signers jusqu’à la Place de la République – ex esplanade de l’ONC, et ensuite une cérémonie de 30 minutes au cours de laquelle des flambeaux en signe d’hommages aux victimes du conflit en RDC, mais aussi en signe d’éveil, de liberté et d’espoir, ont été allumés). Une cinquantaine de militants de la Lucha y ont pris part, rejoints Place de la République par un millier de personnes.

C’est ici le lieu de saluer l’attitude jusqu’ici responsable du nouveau Maire de Goma, qui s’est abstenu d’envoyer des policiers nous disperser, arrêter ou agresser, comme c’est trop souvent le cas, et d’espérer qu’il continuera comme ça.

Veuillez trouver ci-joint la Déclaration que nous avons lue au cours de la manifestation, et qui revient de façon plus détaillée sur les messages ci-dessus. N’hésitez pas de la partager.

Cordialement,

Pour la Lucha,

Serge Sivyavugha,

Militant.

 

Échange entre LUCHA et le nouveau Maire de Goma

lucha 3

Chers tous,

Ce lundi 21 septembre 2015, après la manifestation pacifique que nous avons organisée sur la Place de la République (ex esplanade de l’ONC) à Goma, une délégation de la Lucha s’est longuement entretenue avec le nouveau Maire de Goma, Dieudonné Malere Ma-Micho, en son bureau et sur son invitation.

Après l’avoir félicité pour sa nomination (nous aurions aimé qu’il fusse élu, mais ce n’est pas de sa faute si on est encore dans le système de nomination !), nous l’avons remercié pour son invitation et sa disponibilité à discuter à bâton rompu avec ses administrés, dont les militants de notre mouvement citoyen. Nous l’avons assuré de notre disponibilité à collaborer avec lui pour relever les nombreux défis auxquels fait face la ville de Goma, au nombre desquels l’insécurité, la carence criante d’eau potable, l’insalubrité, l’impraticabilité de nombreuses routes/avenues, mais aussi la transparence dans la gestion de la ville et de ses communes.

Pour sa part, le Maire Dieudonné Malere nous a félicités pour notre engagement citoyen “exemplaire” et notre “attitude responsable” (ce sont ses mots). Pour lui (et il a raison), la jeunesse éveillée est “l’espoir du Congo”. “Cependant vous devez rester prudents dans vos actions”, a-t-il conseillé. “Vous devez savoir que notre démocratie est encore embryonnaire”. (Nous le savons, M. le Maire, d’où notre lutte pour que la démocratie grandisse et se consolide. Et ce n’est en rien une excuse pour réprimer ceux qui osent s’exprimer pacifiquement, pour réclamer un droit ou dénoncer un abus).

L’échange était somme toute positif, et très cordial. Nous espérons que le nouveau Maire de Goma va continuer cette façon responsable et civilisée d’interagir avec ses administrés, de s’abstenir d’envoyer la police réprimer la moindre manifestation, serait-elle pacifique, comme les autres maires avant lui. Enfin, nous pensons que c’est une attitude que devraient copier les autres responsables politiques et administratifs au Nord-Kivu et partout en RDC. La preuve que c’est la meilleure méthode, c’est qu’il n’y a pas eu le moindre incident pendant les différentes manifestations qui ont eu lieu à Goma depuis l’arrivée de ce Maire, y compris une grande manifestation de l’opposition le 15 septembre dernier.

Ceci ne peut qu’encourager des actions plus constructives et non-violentes, comme nous essayons de les promouvoir.

Fait à Goma, le 21/9/2015.

Pour la Lucha,
Serge Sivyavugha,
Militant.

Pour nous rejoindre : appelez-nous, envoyez-nous un SMS à +243 99 4645 977+243 99 4645 977. Ou contactez-nous par email à lucha.rdc@gmail.com. N’oubliez pas d’Aimer cette Page Facebook.

L’Avenir du Congo c’est sa jeunesse, et c’est maintenant !

Libérer inconditionnellement tous les prisonniers et détenus politiques en RDC

Un détenu à la prison Munzenze de Goma.

Le Comité des Observateurs des Droits de l’Homme (CODHO) vous demande d’écrire aux autorités de la RD Congo, leur demandant de:

Libérer inconditionnellement tous les prisonniers et détenus politiques en RD Congo, en l’occurrence Messieurs Eugène Diomi Ndongala, Vano Kalembe Kiboko,Jean-Claude Muyambo Kyassa, Jean-Louis Esrnest Kyaviro, Cyrille Dowe Mupampa, Christopher Ngoy Mutamba, Fréderic Bauma Winga et Yves Makwambala Ma-N’Siamfumu.

Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique, et un procès équitable à tous les détenus politiques et d’opinion en République démocratique du Congo, notamment messieurs Jean-Claude Muyambo Kyassa, Jean-Louis Esrnest Kyaviro, Cyrille Dowe Mupampa, Christopher Ngoy Mutamba, Fréderic Bauma Winga et Yves Makwambala Ma-N’Siamfumu.

Mettre fin à toutes les formes de harcèlement, y compris au niveau judiciaire, contre tout détenu politique et d’opinion, y compris les défenseurs des droits de l’homme en RD Congo;

Garantir la liberté d’association et d’expression acteurs politiques de l’opposition et des défenseurs des droits de l’homme dans toutes les circonstances, ainsi que la sécurité des membres et des ONG locales de défense des droits de l’homme, conformément à l’article 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 9 Décembre 1998, et en particulier:

Article 1, qui dispose que «chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de tous les droits de l’homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international»;

Article 6, qui stipule que «chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres: a) De détenir, rechercher, obtenir, recevoir et conserver des informations sur tous les droits de l’homme et des libertés fondamentales en ayant notamment accès à l’information sur la façon dont il est effet donné à ces droits et libertés dans les domaines législatif, judiciaire et administrative nationale; b) conformément aux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme et autres instruments internationaux applicables, de publier, communiquer ou diffuser librement aux autres vues, informations et connaissances sur tous les droits de l’homme et des libertés fondamentales; c) pour étudier, discuter, et sur le respect, tant en droit qu’en pratique, de tous les droits de l’homme et des libertés fondamentales et, par ces moyens et autres moyens appropriés, d’appeler l’attention du public sur la question »;

Et l’article 12.2, qui dispose que «l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent chacun, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, de facto ou de jure la discrimination, pression ou autre l’action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration “;

Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’homme et les instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits humains ratifiés par la RD Congo.

Se il vous plaît écrire aux représentations diplomatiques de la RD Congo dans vos pays respectifs.

Fait à Kinshasa/Paris, le 18 Septembre 2015.

LUANDA SHANDWE N’Sii, président CODHO

N’Sii LUANDA SHANDWE (Lawyer), Facebook: Nsii Luanda, Skype: nsii_luanda, Email: nsiiluanda@gmail.com

Contacts:

EN REPUBLIQUE FRANCAISE

Tél.:0033(0) 7 54 15 39 55 (Mobil)

EN REPUBLIQUE DEMOCRARIQUE DU CONGO

Tél.: 00243 (0) 815 08 99 70