Encore des affrontements en territoire de Beni

Beni 3

Lubero, le 19 novembre 2015

A Son Excellence Monsieur le Gouverneur de province du Nord-Kivu, Monsieur le commandant de l’Opération SOKOLA 1 basé à BENI et l’Auditeur Militaire près le Tribunal de Garnison de Beni-Butembo à Beni : « encore les affrontements depuis ce matin en territoire de BENI.».

C’est depuis 4 heures de ce jour, 19 novembre 2015, que les nouveaux affrontements opposent les éléments de 31ième brigade du colonel TIPPY ZIROZIRO aux présumés ADF dans le village BEKAIBO, situé à plus ou moins 3Km à l’Est de la route nationale n°04, localité LINZO SISENE, groupement BAMBUBA/KISIKI, secteur de BENI/MBAU. Le bilan provisoire reste jusque-là inconnu par le CIDDHOPE.

Son Excellence, Mesdames et Messieurs, comme à l’accoutumé, le CIDDHOPE suit de près ces événements malheureux et vous tiendra informer sur évolution de la situation et la suite de réactions du commandant de l’opération Sokola1 et l’Auditeur Militaire près le Tribunal de Garnison.

Pour le CIDDHOPE,

KASEREKA MAMBO MINGI, Chargé de Programme

Me Dellyco Mbambu NYAMWAMI, Secrétaire Exécutif

 

Adresse de contact :

01, Cellule Kabenge, Avenue du marché, non loin du Rond – point Boulevard et du Bureau de la cité, Quartier Mulyata, cité de Lubero, Territoire de Lubero, Province du Nord-Kivu, à l’Est de la RDC. Tél. +243 997784020, +243 821415070, +243 840035788, +243 899174374 E-mail : ciddhops.execu@gmail.com, Skype : ciddhope

L’agression sauvage d’une journaliste par un groupe d’étudiants

IBTP

Kinshasa, le 17 Novembre 2015

JED demande à l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) d’organiser des protestations officielles contre l’agression sauvage d’une journaliste par un groupe d’étudiants

Journaliste en danger (JED) a suivi, à travers des réseaux sociaux, des images insoutenables d’une journaliste, Francine Bitshi, de la RTVS1, le visage ensanglanté et qui aurait perdu une dent après avoir été sauvagement agressée, lundi 16 novembre 2015 dans la matinée,  par un groupe d’étudiants de l’Institut des Bâtiments et Travaux Publics (IBTP) qui l’ont molestée et humiliée.

Le seul tort du journaliste est d’avoir voulu couvrir et relayer dans son média, les revendications de ces étudiants qui protestaient contre des majorations de leurs frais académiques, et qui se sont ainsi affrontés aux forces de l’ordre.

JED considère qu’il s’agit là d’un acte de violence inacceptable contre un journaliste en plein exercice de sa profession: «  Nous avons exigé qu’une enquête soit ouverte rapidement pour identifier les agresseurs de notre consœur, afin que cette nième agression contre un journaliste ne reste impunie. Mais nous savons qu’il n’y aura aucune enquête, ni aucune sanction contre les auteurs de cette agression, simplement parce que les autorités congolaises méprisent le travail des journalistes », a déclaré Tshivis Tshivuadi, Secrétaire Général de JED, qui en appelle aux journalistes eux-mêmes pour défendre leur liberté et leur métier.

Pour cela, et par solidarité avec leur consœur, JED demande à tous les médias de ne pas du tout relayer les revendications de ces étudiants dans leurs sessions d’informations.

JED demande surtout à l’UNPC d’envisager, ensemble avec toutes les organisations professionnelles des médias, des actions d’envergures, pour dénoncer la récurrence des attaques et des agressions contre les journalistes, ainsi que le climat d’insécurité dans lequel ils travaillent désormais.

Pour tout contact :

Journaliste en Danger (JED)

374, avenue Colonel Mondjiba, complexe Utexafrica, galerie Saint Pierre, Commune de Ngaliema

Kinshasa/RD Congo

Téléphone : +(243) 99 99 96 353, +(243) 81 99 96 353

jedkin@jed-afrique.org

www.jed-afrique.org

Kinshasa : Une journaliste violemment agressée par un groupe d’étudiants

IBTP

Kinshasa, le 16 Novembre 2015 – Journaliste en danger (JED) condamne fermement la violente agression dont a été victime une journaliste de la Radio Télévision par Satellite 1 (RTVS 1), lors de la couverture des  échauffourées qui ont opposé la police nationale congolaise à un groupe d’étudiants de l’Institut du Bâtiment et des Travaux Publics (IBPT).

Selon des informations recueillies par JED, Francine Bitshi, journaliste-reporter à la RTVS1, a été violemment prise à partie, ce lundi 16 novembre 2015 dans la matinée, par des étudiants de l’IBTP qui manifestaient, à la place connue sous le nom de « Kintambo Magasin » à Kinshasa, contre la majoration des frais académiques.

Francine Bitshi se rendait à sa rédaction quand elle a rencontré un groupe d’étudiants de cette institution universitaire qui avaient barricadé toutes les routes, empêchant ainsi la circulation routière. C’est alors qu’elle décida de quitter son véhicule en se dirigeant vers les manifestants qui s’affrontaient aux agents de l’ordre. Francine Bitshi a été alors attaquée et copieusement tabassée par les étudiants au moment où elle filmait la manifestation à l’aide de sa tablette. La journaliste, dont les habits ont été déchirés, a été grièvement blessée et a perdu une dent lors de cette agression. Elle a été conduite, par un de ses collègues qui a assisté à cette agression, dans un centre hospitalier.

Journaliste en danger (JED) exige une enquête rapide pour identifier les agresseurs de la journaliste, afin que cet acte ne reste pas impuni.

Pour tout contact :

Journaliste en Danger (JED)

374, avenue Colonel Mondjiba, complexe Utexafrica, galerie Saint Pierre, Commune de Ngaliema

Kinshasa/RD Congo

Téléphone : +(243) 99 99 96 353, +(243) 81 99 96 353

jedkin@jed-afrique.org

www.jed-afrique.org