RDC : Plaidoyer pour l’accélération de l’enquête indépendante sur les attaques meurtrières contre la base de la MONUSCO à Beni  !

(Goma, le 13 Décembre 2017) – La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a invité ls autorité congolaises et la Communauté internationale à accélérer l’enquête indépendante sur ces attaques meurtrières perpétrées contre la base de la MONUSCO à Beni en vue d’établir les responsabilités et sanctionner sévèrement les coupables et commanditaires conformément à la loi. Dans un communiqué officiel, cette ONGDH a exprimé sa profonde consternation et condamné avec véhémence cette attaque meurtrière des présumés rebelles ougandais des ADF-Nalu jeudi 07 Décembre 2017, contre la brigade d’intervention rapide de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du  Congo (MONUSCO), située à Semliki, territoire de Beni, province du Nord-Kivu.

Selon les informations parvenues à la VSV, cette attaque contre une brigade d’intervention rapide de la MONUSCO a causé la perte  en vies humaines de quatorze (14) casques bleus du contingent tanzanien et cinq (5) militaires  des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

En outre, il est fait état d’une cinquantaine de casques bleus blessés dont quatre (4) grièvement à la même macabre occasion.

“La VSV saisit l’opportunité pour souligner que la résurgence des attaques par les groupes armés étrangers et nationaux commises  contre les bases de la MONUSCO, les positions de FARDC et la population civile depuis quelques mois à Beni ainsi que dans d’autres villes à l’Est de la RDCongo constitue non seulement de graves violations des droits humains et du droit international humanitaire, mais aussi, des crimes de guerres et crime contre l’humanité pour lesquels leurs auteurs et commanditaires devraient impérativement répondre tôt ou tard devant la justice nationale ou internationale“, indique le Communiqué.

En  rappel, il convient de relever qu’en octobre 2017, deux (2) casques bleus ont été tués et  dix-huit (18) autres blessés lors d’une attaque également attribuée à un groupe de rebelles ougandais des ADF contre une base de la MONUSCO à Mamundioma, à Beni.

Pour la VSV, ces attaques persistantes et récurrentes contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies, les FARDC et la population civile à Béni démontre à suffisance la nécessité impérative pour les autorités rdcongolaises et  la communauté internationale d’envisager de nouvelles approches et stratégies mieux adaptées à cette donne combien continuellement tragique, douloureusement vécue sur terrain et ce, en vue de l’éradication des groupes armés et l’instauration effective de la paix en RDCongo.

Par ailleurs, la VSV invite les autorités rd congolaises et la Communauté internationale à :

  • rendre publics les résultats de l’enquête pour rassurer la population de Béni qui ne sait plus à quel saint se vouer ;
  • mettre en place de nouvelles et efficientes stratégies (militaires, politiques et diplomatiques)en vue de l’éradication des groupes armés qui sèment la terreur et la désolation à Béni et dans d’autres contrées de la RDCongo ;
  • indemniser les victimes ou leurs familles pour les préjudices subis.

SYC