Elections en RDC: Vers un énième rendez-vous manqué pour le peuple congolais?

Il se veut une analyse indépendante qui aborde, un développement en sept points, les facteurs qui minent le processus électoral et rend moins enchanteur l’avenir de la RDC.

Elections du 23 décembre 2018 – Vers un énième rendez-vous manqué…8ème Rapport du Groupe de Travail des OSC

FFJ documente 128 cas d’atteinte à la liberté de la presse en 2018 en République démocratique du Congo

Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l’information a documenté 128 cas d’atteinte à la liberté de la presse en 2018 en République démocratique du Congo.

Dans un rapport rendu public à l’occasion du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’organisation a repris un éventail de typologies des violations des droits civils et politiques des journalistes violés depuis janvier jusqu’au mois de décembre 2018.

Parmi les violations, FFJ a noté l’arrestation et l’emprisonnement des journalistes. A la publication de ce présent rapport, deux journalistes sont incarcérés dont l’un sans jugement à la principale prison de Kinshasa. Ils sont tous deux poursuivis pour diffamation par des détenteurs de la puissance publique. L’un par le secrétaire général des Sports et l’autre par le fils du premier ministre. Le taux élevé d’interpellations, d’entraves à la libre circulation de l’information, de pressions administratives, économiques et judiciaires a été élevé tout au long de l’année 2018.

Ce rapport publié au dernier mandat du président Kabila révèle une série d’entraves à la liberté de la presse. Notamment, l’arrestation policière des membres d’une maison de presse, accusés d’avoir relayé un dysfonctionnement dans une école de formation de Police. L’enlèvement des journalistes s’est sensiblement caractérisé cette année. Deux journalistes ont été enlevés et se sont retrouvés abandonnés, visages masqués.

Le rapport ajoute que la brutalité policière a caractérisé  

« La liberté de la presse qui découle de la liberté d’expression est un droit fondamental de l’homme et devra être protégée. FFJ invite les institutions et les organes de l’Etat, les organisations de la société civile, les forces vives  à contribuer efficacement à la promotion de la liberté de la presse », a déclaré, dans le rapport, le directeur de FFJ, dans le préambule du rapport.

Soixante (60) interpellations, trois (3) emprisonnements dont deux courent encore, médias proches des opposants demeurés fermés, rafle des journaux au contenu jugé critique à l’action du gouvernement et du régime. Les autres chiffres concernent des cas divers d’entraves, notamment des violentes et sérieuses menaces des journalistes, intimidations physiques, confiscation des matériels de travail sur les journalistes pendant les manifestations publiques.

Le rapport révèle que la plupart des violations des droits des journalistes sont commises à l’Est du pays, partie meurtrière où les journalistes sont régulièrement pris à parti.

Le présent rapport a été élaboré grâce à la collaboration des deux organisations partenaires Journalistes pour la promotion et la défense des droits de l’homme (JPDH) et Réseau des journalistes pour la justice transitionnelle (RJJT).

La violence qu’on voit dans les conflits armés est le prolongement des violences que l’on voit dans des sociétés pacifiées

Denis Mukwege, co-lauréat du prix Nobel de la paix.

Nadia Murad, ex-esclave des jihadistes, le gynécologue de 63 ans, lundi à Oslo, un prix Nobel récompensé pour ses efforts pour mettre en œuvre ses violences sexuelles en tant qu’arme de guerre.

«L’homme qui répare les femmes» a été consacré en 1999 à l’hôpital de Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Proie aux violences chroniques.

Cliquez ici pour continuer