RDC : Sept détenus sont morts en trois semaines dans les prisons du Kongo Central

(Matadi, le 5 Mai 2016)L’Association des Femmes Juristes Congolaises (AFEJUCO)/ Kongo Central constate avec amertume le décès de sept détenus dans quatre différents lieux de détention dans la province du Kongo Central en l’espace de trois semaines, soit entre le 22 mars et le 13 avril 2016.  Elle déplore les mauvaises conditions d’incarcération et lance un appel aux autorités tant provinciales que nationales, conformément à leurs compétences respectives, à prendre des mesures urgentes afin de mettre fin à ce cycle de morts.

Dans un communiqué officiel, l’AFEJUCO tire la sonnette d’alarme sur les conditions carcérales des prisons et cachots  de cette province qui se détériorent davantage tant sur le plan alimentaire que sanitaire au détriment des détenus, contraints de s’y confronter au prix de leurs vies.

« Si au courant de l’année 2015, l’on a comptabilisé plus de 30 morts dont une vingtaine dans la seule prison de Mbanza-Ngungu, combien aurions – nous cette année face à cette dégradation accentuée qui occasionne un rythme de mortalité assez alarmant ? », s’est inquiété Bibiane Bakento, la Vice- Présidente de cette structure.

L’AFEJUCO/Kongo Central observe que les principales causes de ces décès sont les mauvaises conditions sanitaires, la prise en charge médicale déficitaire et tardive, le manque des structures médicales appropriées, la malnutrition et la surpopulation.

Selon un membre de l’administration provinciale de la Justice contacté par cette ONG des droits humains, la prison centrale de Matadi est actuellement confrontée à une rupture de stocks des vivres suite au manque d’approvisionnement par les fournisseurs à qui le gouvernement central doit des factures impayées de trois à quatre mois.

En outre, affirme la même source citée par l’AFEJUCO, la prison de Matadi dont la capacité d’accueil est de 150 pensionnaires, en compte aujourd’hui plus de 600. D’où cet étouffement qui impacte sur la santé des prisonniers.

L’AFEJUCO/Kongo Central qui condamne fermement cet état des choses atteste avoir recensé des cas de  décès suivants :

  1. Quatre cas de décès à la prison centrale de Matadi respectivement le 22 Mars 2016, les 10, 11 et 13 Avril 2016 ;
  2. Un cas de décès au cachot du commissariat de la Police de Lukula (environ 170 Km à l’Ouest de Matadi) en date du 26 Mars 2016 ;
  3. Un cas de décès à la prison urbaine de Boma (environ 125 Km à l’Ouest de Matadi) le 06 Avril 2016 ;
  4. Un cas de décès à la prison de Mbanza-Ngungu (environ 215 Km à l’Est de Matadi) le 10 Avril 2016.

Face à cette situation déplorable, l’AFEJUCO interpelle les autorités compétentes en vue de prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions carcérales et réduire ou mettre fin à ce cycle de mortalité inquiétant, car les personnes privées de leur liberté sont aussi des êtres humains dotés des droits.

SYC