RDC : LUCHA exige la libération d’Assane Lobia à Kinsangani et celle d’autres activistes pro-démocratie à Kinshasa

(Kisangani, le 4 octobre 2016) – C’est avec consternation que le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) affirme avoir appris l’enlèvement en date du 26 septembre dernier par les services de sécurité de la Province du Haut-Uélé, d’un jeune Avocat et activiste pro-démocratie en la personne de Maitre ASSANE LOBIA Dieudonné-Serge. Après 72 heures de détention au secret par l’Agence Nationale des Renseignements, il a été transféré à la prison centrale d’Isiro, où il est toujours détenu à ce jour, dans des conditions inhumaines.

Maitre ASSAN LOBIA, membre de l’association ‘’Vox Uélé’’, est l’auteur d’une pétition collective initiée au courant du mois de septembre dernier et qui dénonçait, entre-autres, la mauvaise gouvernance de la nouvelle province du Haut-Uélé, l’enrichissement illicite de ses dirigeants au détriment du peuple, l’opacité dans la gestion des ressources de la Province, l’endettement excessif de cette dernière et l’intolérance politique dans les médias publics. Il a par ailleurs fustigé l’entrée et l’accueil dans cette province de centaines de rebelles sud-soudanais avec armes et munitions depuis le mois de juillet, et exigé leur rapatriement ou délocalisation.

« Après le lancement de la récolte des signatures requises en faveur de la pétition sus-évoquée, tel qu’il ressort des alertes publiées par Maitre ASSAN LOBIA sur son mur Facebook, ce dernier ainsi que ses collègues activistes œuvrant à Isiro ont fait l’objet de plusieurs menaces de mort de la part des personnes proches de l’actuel Gouverneur du Haut-Uélé Monsieur LOLA KISANGA Jean-Pierre, avant d’être délogés de leurs hôtels sur ordre de ce dernier, traqués jour et nuit, et inculpés d’incitation à la révolte et d’outrage à un Gouverneur de Province. Certains d’entre eux ont été libérés en l’occurrence Messieurs KADJO et  MOZENGE  et à ce jour seul Maitre ASSAN LOBIA est maintenu en prison », rapporte le communiqué.

Récemment encore, à Kisangani, ce fut Monsieur TOKOLE ILONGO Jean, Gouverneur de la Province de la Tshopo qui, avec la complicité des services de sécurité et des autorités judiciaires, a procédé à la répression d’une manifestation pacifique organisée par des membres de mouvements citoyens et certains partis politiques afin d’exiger de la CENI la convocation du corps électoral en vue de l’élection du Président de la République. Les personnes arrêtées lors de ces manifestations des 19 et 20 septembre sont injustement maintenus en détention.

Au même moment, les militants arrêtés à Kinshasa dans début septembre dans le cadre de l’initiative “Chemin de la Paix” de Dr Denis Mukwege sont toujours détenus injustement.

Au regard de ce qui précède :

La LUCHA juge l’enlèvement et l’inculpation de tous ces  militants attentatoire aux droits et libertés fondamentaux garantis aux citoyens par la Constitution et les instruments juridiques internationaux auxquels notre pays est partie. En effet, l’article 27 de la Constitution du 18 février 2006 reconnait à tout citoyen le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui y répond dans les trois mois. La même disposition prescrit, en outre, que nul ne peut faire l’objet d’incrimination sous quelque forme que ce soit pour avoir pris pareille initiative. L’implication du Gouverneur du Haut-Uélé, Monsieur LOLA KISANGA Jean-Pierre, dans l’enlèvement de Maître ASSANI LOBIA n’est plus à démontrer et dénote d’une méconnaissance grave des droits civils et politiques consacrés par notre arsenal juridique en faveur des citoyens.

Par conséquent, elle exige la libération sans condition du militant ASSAN LOBIA Dieudonné-Serge ainsi que celle de militants du mouvement detenus à Kisangani et à Kinshasa, et attirons l’attention des autorités politiques, judiciaires et sécuritaires nationales et provinciales sur leur responsabilité dans tout ce qui surviendrait contre l’intégrité tant physique que morale de ces activistes. 

La LUCHA dénonce et condamne avec la dernière énergie les actes de torture et de traitement inhumain et dégradant que ces militants ont subi  dans les geôles des services de sécurité et ceux qu’ils continuent à subir  dans les lieux où ils sont injustement détenus.

La LUCHA déplore  la persistance des autorités politico-administratives dans des approches et méthodes liberticides non-propices à la cohésion entre différents acteurs en cette période cruciale où l’impasse volontairement créée en vue de bloquer le processus électorale fragilise la paix et rend très volatile la quiétude des citoyens dans notre pays. 

La LUCHA tient enfin à rappeler (une fois de plus) que les jeunes militants qui s’expriment pacifiquement devaient être encouragés et écoutés car constituant des modèles et des alternatives dans un pays où la culture de la violence est à la base de méfaits graves dont la nation continue à payer le lourd tribut jusqu’à ce jour.

SYC

Journaliste libéré après quatre jours de détention à Mbuji-Mayi

Mbuji-Mayi

Kinshasa, le 7 Octobre 2015 – Journaliste en danger (JED) exprime son soulagement après la remise en liberté, le 6 Octobre 2015 vers 19 heures, de Fiston Binene, Journaliste à Dinanga Radiotélévision (DRTV), station émettant à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental (Centre de la RDC). Le journaliste a passé quatre jours de détention à la police et au parquet de grande instance de Mbuji-Mayi.

Joint au téléphone par JED au lendemain de sa remise en liberté, Fiston Binene a dit : « Le motif officiel de ma détention est l’attentat à la sûreté de l’Etat. Au Commissariat de la police et au parquet de grande instance de Mbuji-Mayi où j’ai été conduit par la suite on m’a reproché d’avoir filmé la jeep du général David Masambi. Lors d’une longue audition, j’ai expliqué avoir pris en image seulement un groupe d’agents de la police qui se dirigeaient vers la jeep de ce général après avoir empêché une manifestation de l’opposition. C’est après avoir visionné ces images que j’ai obtenu ma libération sans pouvoir payer une caution. Mon téléphone a été confisqué le premier jour de mon arrestation jusqu’à présent ».

Tout en prenant acte de la libération du journaliste, JED condamne l’excès de zèle des responsables de la police et leur demande de respecter le travail des journalistes.

Pour tout contact :

Journaliste en Danger (JED)

374, avenue Colonel Mondjiba, complexe Utexafrica, galerie Saint Pierre, Commune de Ngaliema

Kinshasa/RD Congo

Téléphone : +(243) 99 99 96 353, +(243) 81 99 96 353

jedkin@jed-afrique.org

www.jed-afrique.org

 

Mbuji-Mayi: JED exige la libération d’un journaliste détenu depuis 72 heures

Mbuji-Mayi

Kinshasa, le 5 Octobre 2015

JED exige la libération d’un journaliste détenu depuis 72 heures dans un cachot de la police à Mbuji-Mayi

Journaliste en danger (JED) exige la libération d’un journaliste détenu depuis trois jours au commissariat de la police de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental (Centre de la RDC), pour avoir filmé des agents de la police déployés dans une grande artère de cette ville dans le but d’empêcher une manifestation de l’opposition.

Selon les informations parvenues à JED, Fiston Binene, Journaliste àDinanga Radiotélévision (DRTV), est détenu dans un cachot du commissariat de la police nationale congolaise depuis samedi 3 octobre 2015. Il a été appréhendé dans la rue au moment où il filmait à l’aide de son téléphone, une jeep de la police avec à son bord  un groupe de policiers envoyés pour disperser une manifestation de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS, parti d’opposition) réclamant le dialogue national et contre le troisième mandat du Président Joseph Kabila.

Fiston Binene a ensuite été conduit au commissariat local de la police où il a été sommé de faire appel à son directeur de programme, Raphael Kazadi, pour être auditionné. Se présentant, Raphael Kazadi a été, lui aussi, placé en détention après un bref interrogatoire. Le directeur de programme de DRTV a été libéré, sans conditions, lundi 5 octobre 2015 vers 11 heures (heure locale), tandis que Fiston Binene est toujours gardé sans aucun motif dans les installations de la police.

Contacté par JED après sa libération, Raphael Kazadi a déclaré : «  J’ai été invité à la police pour témoigner sur l’appartenance de Fiston Binene à notre média. J’ai prouvé que le journaliste travaille bel et bien à DRTV qui est une station de radio et non une télévision. Malgré mes explications, j’ai été aussi placé en état de détention. C’est seulement ce matin (lundi 5 octobre 2015, ndlr) qu’un agent de la police est venu m’annoncer ma libération. Le responsable de la police soupçonne Fiston Benene d’avoir pris leurs images dans le but d’aller les vendre à l’UDPS ».

Journaliste en danger (JED) condamne fermement l’arrestation et la détention arbitraire de ces deux journalistes pendant 72 heures dans les installations de la police.

JED  demande instamment au responsable local de la police et au gouverneur de la province du Kasaï  Oriental d’ordonner la libération du journaliste encore détenu au commissariat de la police de Mbuji-Mayi.

Pour tout contact :

Journaliste en Danger (JED)

374, avenue Colonel Mondjiba, complexe Utexafrica, galerie Saint Pierre, Commune de Ngaliema

Kinshasa/RD Congo

Téléphone : +(243) 99 99 96 353, +(243) 81 99 96 353

jedkin@jed-afrique.org

www.jed-afrique.org