Le CNRJ-RDC appelle la CENI à faciliter l’octroi des Duplicatas des cartes d’électeurs et à cesser le monnayage de celui-ci

Goma, 10 décembre 2018, la République démocratique du Congo se prépare aux élections présidentielles, aux législatives nationales et provinciales le 23 décembre 2018, à tout le long du territoire national, les cartes électeurs en place.

Les électeurs ont perdu la carte d’électeur. CENI Anvers à Antenne Antenne Antenne Anvers Anvers Antenne Implantée dans les villes et les territoires du pays. la police.

Cependant, beaucoup des personnes qui sollicitent ce document auprès de la CENI, ne sont pas servis comme ils les souhaitent, ils doivent passer plusieurs jours, voire même des semaines et de mois devant le bureau de la CENI mais sans accéder à cette pièce.

Plusieurs personnes qui ont rencontré le CNRJ-RDC (Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse en RDC) ont déclaré être dans un état de fatigue et de découragement ; « nous devons passer des heures chaque jour devant la porte de la CENI, sous le soleil et même sous la pluie, et personne ne s’intéresse à notre sort ; ils (les agents de la CENI) nous voient comme si nous n’étions pas à besoin », a déclaré une femme de 53 ans, à Goma.

Un autre homme que le CNRJ a rencontré devant le bureau de la CENI à Goma a déclaré ceci : « C’est depuis juillet 2018 que j’avais déposé ma requête pour solliciter un duplicata de ma carte d’électeur, je l’avais perdu dans une incendie de ma maison, mais chaque fois que j’arrive, l’agent à la réception me dit de revenir l’autre semaine, je suis maintenant fatigué, et malheureusement aujourd’hui quelqu’un de la CENI me dit que je dois ouvrir ma main, c’est-à-dire je dois donner de l’argent afin d’être facilité pour ce service, je n’ai pas d’argent, je me décide de laisser la carte et je n’irai pas voter le 23 décembre prochain.

D’autres sources indépendantes nous ont signalé que lorsqu’on perd la carte d’électeur en RDC, vous devez supporter plusieurs tracasseries, d’abord auprès de la police où vous devez déclarer la perte de pièce, il faut payer entre 5$ et 15$ sans aucune pièce justificative de paiement d’argent, une fois vous obtenez cette déclaration de la police, vous devez donner encore entre 10 et 20$ auprès d’un agent de la CENI qui faciliterait vos démarches d’obtention du duplicata.

La CENI devrait octroyer le duplicata de la carte d’électeur facilement pour permettre à tous de participer librement aux élections à venir d’une part, et de l’autre part du fait que le carte d’électeur tient lieu d’une pièce d’identité provisoire en RDC, a déclaré Jean Claude Buuma Mishiki, Président du CNRJ-RDC

Contacts : +243 994 558187, +243 8212 694 55

Le CNRJ-RDC appelle la CENI à faciliter l’octroi des copies de cartes d’électeurs et à la fin du mois

Elections en RDC: Vers un énième rendez-vous manqué pour le peuple congolais?

Il se veut une analyse indépendante qui aborde, un développement en sept points, les facteurs qui minent le processus électoral et rend moins enchanteur l’avenir de la RDC.

Elections du 23 décembre 2018 – Vers un énième rendez-vous manqué…8ème Rapport du Groupe de Travail des OSC

RDC : 2,8 millions de personnes sont en insécurité alimentaire dans l’espace kasaïen (OCHA)

Kananga, le 16 Août 2017 – La mission du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) parle d’une urgence complexe dans la région du Kasaï. Selon son dernier rapport publié le 11 Août, quelque 2,8 millions de personnes sont en crise alimentaire et vivent avec de moyens d’existence aiguë dans les provinces du Kasaï, Kasaï Central, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru, soit une augmentation de 600% entre juin 2016 et juin 2017. Et ce, conformément aux données du 14ème et du 15ème cycles du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC).

Il s’agit de près d’1,8 million de personnes en « crise alimentaire » (phase 3) et environ 1 million de personnes en « urgence alimentaire (phase 4).

Ces chiffres font que la région du Kasaï compte 36% des 7,7 millions de personnes en insécurité alimentaire sur l’ensemble du territoire national.

« Cette situation qui résulte des conflits armés, de l’insécurité et des déplacements, privent les populations de leurs moyens d’existence (deux saisons agricoles ont été manquées). A cela s’ajoute la dépréciation du franc congolais qui a entrainé une forte baisse du pouvoir d’achat, et s’est greffé à un contexte de pauvreté antérieur à la crise », précise OCHA.

Entre-temps, le montant total des financements actualisé s’élève à 18,1 millions de dollars américains, soit 28% des 64,5 millions de dollars requis dans l’Appel Eclair lancé en avril dernier pour la réponse dans la région du Kasaï.

Au regard de l’urgence des besoins humanitaires sur le terrain, un vibrant appel est lancé vers donateurs ayant manifesté un intérêt pour le financement de la réponse finalisent le processus d’allocation des fonds au plus vite.

OCHA s’emploie à mobiliser et à coordonner cette action humanitaire pour plus d’efficacité dans le strict respect des principes humanitaires en partenariat avec les acteurs locaux et nationaux.

SYC

A télécharger : Ocha_drc_kasais_situationreport_11082017_fr.pdf