Emmanuel Biriko et ses acolytes de FDIPC devant le tribunal à Rutshuru

Manoti

Dix-huit prévenus dont onze combattants du groupe armé FDIPC ont été présentés dans une audience publique à Rutshuru ce Mercredi 15 avril 2015.

Le Centre d’Observation des Droits de l’Homme et d’Assistance Sociale (CODHAS) demande à la cour militaire garnison de Goma et au Ministère Provinciale de la Justice de de mener des enquêtes sur les violations des droits humains commises par les combattants membre de la Force de Défense des Intérêts du peuple congolais (FDIPC), dont leur procès a été ouvert ce mercredi 15 avril 2015 en audience foraine à Rutshuru centre.

En effet il s’est ouvert, mercredi 15 avril, le procès dans lequel 18 prévenus ont comparus en audience de vérification des identités des prévenus. Parmi ces derniers, 11 sont des combattants du FDIPC. Emmanuel BIRIKO JEAN (MANOTI) s’est présenté comme le fondateur de la milice. Les sept autres prévenus sont : la femme d’Emmanuel BIRIKO Jean (MANOTI), l’administrateur de la zone de santé de Rwanguba, le secrétaire comptable de l’hôpital de Rwanguba, le médecin responsable au centre de santé de référence de Bunagana, le médecin de l’hôpital général de Rwanguba, l’administrateur du centre de santé de la référence de Bunagana et un ex-agent à la logistique de l’hôpital de Rwanguba.

Ils sont poursuivis pour la détention illégale d’arme de guerre, enlèvement, vol à main armé et association des malfaiteurs.

Après l’identification des prévenus, le tribunal a constaté que treize prévenus n’était pas assistés. L’audience a été alors renvoyée au vendredi, 17 avril 2015. pour permettre au tribunal de contacter les défenseurs judiciaires depuis Goma afin d’assister les prévenu nécessiteux.

« Nous voulons qu’il s’explique également sur les assassinats lorsqu’ils avaient quitté la foret après la fuite des combattants du M23 à Rubare et dans les environs. Nous savons qu’il est responsable des personnes qui sont portées disparues, assassinées et des femmes et filles violées jusqu’à présent. C’est l’occasion où la justice militaire doit nous réhabiliter. » A déclarer une victime des exactions de FDIPC.

« C’est l’occasion tant attendue par les populations de Rutshuru et du Nord-Kivu en générale qui ont vécues les conséquences de ce mouvement armé, dirigé par Emmanuel Biriko Jean (MANOTI). Les organisations locales avaient documenté les cas d’assassinats, pillages, violences sexuelles, enlèvement, disparitions, rançonnement et autres violations graves des droits humains dont les combattants du FDIPC pour la période de 2012 à nos jours sont responsable. Toutes ces violations doivent être pris en compte dans le procès qui s’est ouvert ce mercredi 15 avril à Rutshuru centre » a déclaré Monsieur Adolphe Nzabandora, président du conseil d’administration du CODHAS.

« Ce procès a un caractère unique. Il doit servir d’exemple pour les autres qui sont encore dans foret, qui sont sur la même voie qu’Emmanuel BIRIKO ». A poursuivis Monsieur Hervé Nsabimana, coordonnateur du CODHAS.

Le groupe armé Force de Défense des Intérêt du Peuple Congolais (FDIPC) a été créé en 2012, par Emmanuel Biriko après l’occupation d’une partie du Territoire de Rutshuru par le M23. Après la défaite du M23 en novembre 2013, la majorité des combattants de ce groupe avait rejoint le processus de démobilisation et désarmement. Suite aux conditions sociales difficiles dans le centre de regroupement de Bweremana (sud-Kivu), certains de ces combattants ont rejoint la foret pour poursuivre les maquis.

Arrêté en juin 2014 à Rubare, Emmanuel BIRIKO Jean (MANOTI) fut transféré à Goma en attendant un procès ouvert à sa charge. il avait évadé de la prison centrale de Munzenze le 15 Juillet 2014, où il était détenu. Les deux jours suivants, la population de Rutshuru avait protesté contre cette évasion en observant 2 journées « ville morte ». Les autorités provinciales avaient suspendues l’auditeur militaire de garnison de Goma. le 14 avril 2015 Emmanuel Biriko Jean a encore été arrêté à Goma.

Fait à Rubare, le 17 Avril 2015.

Pour le CODHAS,

Hervé NSABIMANA, Coordonnateur

Contact : Tél. : +243 (0)998 69 57 90, +243 (0)822 62 60 05

E-mail : codhasrdc05@gmail.com ou codhasrdc07@yahoo.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*