Lettre au commandant du 809eme régiment des FARDC

La Convention pour le respect des droits de l’Homme, interpelle le commandant du 809e régiment de Fardc sur les violentions des droits de l’homme sous son commandement.

No CRDH/44/ONGDH/TB/2014

Organisation de Défense des Droits de l’Homme « Convention pour le Respect des Droits de l’homme »

Le 19 décembre 2014

Objet : Arrêt des violations des droits humains commises par les éléments FARDC sous votre commandement

A Monsieur le Commandant de 809eme Rgt et Commandant de l’axe Oicha-Erengeti a OICHA.

Monsieur le Commandant,

Nous tenons par la présente lettre ouverte à vous faire attirer une attention particulière sur les violations des droits de l’homme dont sont responsable les militaires FARDC qui sont sous votre commandement.

En effet, nous sommes une organisations de défense des droits de l’homme qui a pour vocation la promotion, la protection et la défense des droits de l’homme, et qui travaille en collaboration avec le Bureau Conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme et d’autres organisations de défense des droits de l’homme que niveau national et international.

Connaissant la situation difficile que traverse la population de l’axe Mavivi-Erengeti suite aux exactions commises par les rebelles qui tuent par machettes, haches, armes en feu tout en brulant certains maisons de civils dans le Territoire de Beni et précisément dans la Cite de Oicha et Secteur de Beni –Mbau ;

Nous sommes saisis d’une tracasserie avérée que connait la population de cette contrée ; c’est ainsi que nous venons auprès de vous pour dénoncer celle – ci dans le chef de certains officiers et militaires sous votre commandement tout en vous demandant d’arrêter dans un bref délai toutes ces violations des droits humains.

Parmi les actes des violations des droits humains nous citons :

  • Les arrestations arbitraires et détentions illégales
  • Les tortures de civils qui sont arrêtés et détenus par vos éléments
  • Les extorsions des biens et argents de la population
  • Les perceptions des amendes exorbitantes perçues sans livraisons des quittances pour des faits non infractionnels
  • Les atteintes au droit et liberté de circulation
  • Les coups et blessures volontaires
  • Les arrestations et détentions pour les faits d’autrui

La RDC, le pays partant des droits de l’homme ne peut et ne doit permettre que des violations aussi grave décriées dans le monde entier, se fasse sur son sol.

Ainsi, Monsieur le Commandant, nous tenons à vous réaffirmer encore que la population du Territoire de Beni, tient et tiendra quoi qu’il en soit a ses aspirations civiques et patriotiques allant dans le sens d’avoir un état de droit internationalement reconnu.

Pour finir, Monsieur le Commandant, la population du Territoire de Beni a toujours compte sur les FARDC pour l’aboutissement d’un Congo sans guerre ni insécurité et la sauvegarde des droits élémentaires des citoyens.

Espérant que le patriotisme est votre cheval de batail, nous attendons une solution adaptée aux préoccupations de la population soulevées dans cette lettre ouverte.

Veuillez croire, Monsieur le Commandant, a l’expression de notre considération.

Pour l’ONGDH/Convention pour le Respect des Droits de l’Homme, Coordination National a Oicha

Paluku Ngahangondi Jean Paul, Président National

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*