RDC : 74,3% des sondés veulent que Kabila quitte le pouvoir à la fin de son mandat (BERCI)

Les Congolais veulent des élections. Une étude d’opinion nationale comme on en voit rarement en République démocratique du Congo, publiée cette semaine, montre que les trois quarts des personnes interrogées veulent que le président Joseph Kabila quitte le pouvoir à la fin de son mandat le 19 décembre.

Depuis la publication de cette étude d’opinion, les responsables de l’institut congolais de sondage qui a aidé à la réaliser affirment que leur bureau a été visité et surveillé par des membres présumés des services de renseignement, ce qui les a contraints à le fermer temporairement pour des raisons de sécurité.

L’étude a été dirigée par le Groupe d’Étude sur le Congo de l’Université de New York et par un institut de sondage congolais, le Bureau d’Études, de Recherches et Consulting International (BERCI). Entre mai et septembre, leurs chercheurs ont effectué 7 545 entretiens en tête-à-tête dans des zones sélectionnées au hasard et réparties dans tout le pays.

Des agents des services de renseignement ont arrêté l’un des chercheurs du BERCI, Rodrigue Bintene Mimbo, le 26 juin, alors qu’il effectuait des recherches depuis deux semaines dans la province de Sankuru, dans le centre du pays. Il a été détenu jusqu’au 9 juillet dans un centre de détention de l’agence nationale de renseignements (ANR) à Lodja, la capitale de la province de Sankuru, puis transféré dans un autre centre de détention de l’ANR, à Kinshasa.

Mimbo est toujours en détention, sans inculpation, et est privé d’accès à sa famille ou à un avocat. Les autorités devraient immédiatement remettre Mimbo en liberté et cesser de harceler les personnes ayant pris part à l’étude d’opinion.

Voici quelques-uns des éléments d’information les plus remarquables recueillis lors du sondage:
• 81,4% des sondés rejettent l’idée d’un amendement de la constitution pour permettre au président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.
• 74,3% ont déclaré que Kabila devrait abandonner ses fonctions à l’expiration de son second mandat, le 19 décembre 2016, comme le prévoit la constitution.
• La plupart des sondés souhaitent que des élections se tiennent dans le courant de l’année prochaine. Si les élections doivent être reportées, 41% ont déclaré qu’elles devraient avoir lieu en 2017, tandis que 13,7% se prononçaient pour 2018 ou pour une date ultérieure.
• 7,6% ont déclaré qu’ils avaient participé à un défilé de protestation, à une grève ou à une manifestation au cours des cinq dernières années. 48,5% ont affirmé qu’ils participeraient à une manifestation si les élections sont soit truquées, soit retardées, soit les deux à la fois.
• 57% ont déclaré que des membres d’organisations de jeunes, qui ont été arrêtés à Kinshasa et à Goma pour avoir organisé ou pris part à des actes de protestation, à des manifestations ou à des opérations « villes mortes » contre le gouvernement, n’avaient fait qu’« exercer leur droit aux libertés d’expression et de réunion. » 16% ont estimé que ce genre d’activité devrait cesser.
• 19,9% des personnes interrogées ont estimé que le système judiciaire de la RD Congo est indépendant et 27,2% ont affirmé qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille avaient été victimes d’une arrestation arbitraire.
• 76,4% se sont déclarés en faveur de la création d’un tribunal congolais qui serait chargé de juger les auteurs de crimes de guerre. Parmi eux, 71,4% se sont dits favorables à ce que des juges étrangers siègent au sein de ce tribunal.

Ida Sawyer
Chercheuse senior sur la RD Congo

Ci – joint : le lien https://www.hrw.org/fr/blog-feed/la-republique-democratique-du-congo-en-crise#blog-295891

* Titre : Syc

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*