RDC : 8 ans après l’assassinat de Chebeya, le principal suspect n’a jamais été incriminé

Kinshasa, le 1er juin 2018 -Des activités des droits de l’homme de la RDC constatent que le 8ème anniversaire de l’assassinat crapuleux de Floribert Chebeya intervient dans un contexte où le procès des présumés auteurs s’est terminé avec un goût d’inachevé. Le principal suspect n’a jamais été incriminé ni fait l’objet de poursuite judiciaire, à part la suspension de ses fonctions qui avait été annoncée 5 jours après le crime.

Il est prévu un recueillement au cimetière de Benseke Futi/Nouvelle Cité en présence notamment des membres de Voix des Sans Voix des familles des victimes. Une messe sera également organisée à cet effet. Et ce, après une conférence dont la modération sera assurée par Jean-Bosco PUNA à la Paroisse Notre Dame de Fatima (15h00-16h00) suivant le thème : Floribert Chebeya Bahizire, un DDH engagé et un modèle à suivre à tout prix par tous les DDH RD-congolais pour plus d’efficacité dans leur travail de promotion et défense des droits humains.

C’est fut le 1er Juin 2010 que le corps sans vie de Floribert CHEBEYA a été découvert à Mitendi, un quartier périphérique de la ville de Kinshasa, alors qu’il était invité la veille à l’Inspectorat Général de la Police Nationale Congolaise (IG/PNC) en vue de rencontrer le Général John NUMBI, responsable de cette institution de l’Etat, qui l’attendait vers 17 heures pour un entretien.

A peine arrivé au lieu du rendez-vous, il fit signe par un texto à sa femme et à la MONUSCO, puis aucun signe de vie jusqu’à la publication le lendemain, par un officier de la Police Nationale Congolaise, d’un communiqué officiel tronqué, annonçant cet acte criminel. Si le corps sans vie de Floribert a été retrouvé, par contre celui de son compagnon, Fidèle BAZANA, n’a jamais été retrouvé jusqu’à ce jour.

Huit ans après, les ONGDH de la RDC déplorent que le principal suspect, le général John Numbi, n’a pas été condamné par la justice congolaise et il est totalement libre de tous ses mouvements.

Le seul espoir repose sur la justice internationale pour faire la lumière sur les circonstances de la mort de Chebeya et Bazana avec le procès ouvert contre le Major Paul Mwilambo au Sénégal.

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*