RDC : Bunia, des activistes dénoncent l’arrestation arbitraire des 7 membres de la société civile

(Mercredi, 27 juillet 2016) – Sept activistes dont deux femmes ont été arrêtés arbitrairement par des éléments de la Police Nationale Congolaise en marge d’une marche de soutien au dialogue initiée par le Maire de la ville de BUNIA, dans la province de l’Ituri. Il s’agit de Réné Iragi, David Ngabu, Eugène Baminday, Luc Malembe, Joseph Ubegiu, Naguy Ghodi et Youyou Byarufu.

Selon le mouvement citoyen La Lutte pour le Changement (LUCHA), dans une déclaration publié aujourd’hui, l’ordre serait venu des autorités locales qui ont fait preuve d’intolérance politique alors que ces activistes réclamaient avec de simples calicots le « respect de la constitution » dans une manifestation à laquelle étaient conviée la population pour soutenir le dialogue national.

« Arborer un calicot portant des messages qui réclament le respect de la Constitution ou l’organisation des élections dans le délai constitutionnel ne peut jamais être considéré comme une infraction », a déclaré Maitre Georges Kapiamba, directeur de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ).

Des voix s’élèvent pour condamner les conditions brutales frisant la torture de ces activistes, particulièrement Luc Malembe et Naguy Godhi qui ont été brutalisés. Les sept activistes ont été tous conduits au cachot de l’ANR vers 10 heures locales avant d’être transférés, cinq heures plus tard, au Parquet de Bunia.

« Des citoyens ne peuvent faire objet d’arrestation pour avoir exercé des droits qui leur sont garantis par la constitution, » a déclaré Maitre Kapiamba. Et d’insister : « Ils devraient être libérés immédiatement et sans conditions. »

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*