RDC : CODHAS appelle à la libération sans condition d’un activiste du CASC à Rutshuru

Rutshuru, le 23 juillet 2018 – Le Centre d’observation des droits de l’homme et d’assistance sociale (CODHAS) est préoccupé du procès ouvert contre l’activiste Elias Bizimungu, membre du Collectif d’actions de la société civile (CASC), arrêté lors d’une manifestation le 31 mai 2018 à Rutshuru. Il reste convaincu que cet activiste devrait être libéré, sans condition, d’autant plus que participer à une manifestation ou signer la lettre d’information ne  peuvent nullement constituer un crime devant faire l’objet d’un procès.

Depuis  jeudi 31 mai 2018,  seize jeunes parmi lesquels six filles, ont été arrêtés par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et la Police nationale congolaise (PNC), réquisitionnées pour réprimer la marche pacifique pourtant annoncée par les organisateurs.

C’est le samedi, 2 juin 2018 que les seize manifestants ont été transférés au cachot de l’Auditorat militaire de Rutshuru. A cette occasion, trois parmi ces jeunes ont été libérés. Il s’agit de Muhindo Delphin et Patrick Mbale et  Badona Singirankabo. Mais, Elias Bizimungu, seul a été transféré à la prison centrale de Rutshuru.

Du 4 au 14 juin 2018 d’autres militants étaient libérés progressivement, Elias Bizimungu qui était mis à l’écart, tout simplement pour avoir apposé sa signature à la lettre d’information envoyée aux autorités annonçant la marche pacifique est restée dans la prison centrale sans avoir été auditionné.

« Participer a une manifestation pacifique et le fait d’apposer sa signature  une lettre d’information envoyée aux autorités ne peuvent pas faire l’objet des poursuites judiciaires», a rappelé Hervé Nsabimana, coordonnateur du CODHAS.

Rappelons qu’au mois de mars 2018, Monsieur Elias Bizimungu  a  été arrêté pendant 4 jours pour avoir dénoncé les tracasseries des militaires de l’auditorat Militaire de Rutshuru à la barrière de Nyongera. Depuis lors, il faisait l’objet d’autres menaces de la part des autorités de Rutshuru pour sa participation active dans les mouvements citoyens.

Depuis le 27 juin 2018, un dossier a été ouvert au tribunal de paix de Rutshuru sous RMP3258/CP/MDI/RP481, pour ce dossier il est poursuivi pour ;  rébellion et outrage à la magistrature. Prévu pour le 10 juillet 2018, l’audience a été reportée au 24 juillet 2018

« Considérant les charges retenues contre Elias, nous trouvons que c’est un montage et qu’en réalité le dossier est vide par contre nous nous inquiétons de l’influence qu’exerce certaines autorités de Rutshuru pour exiger sa condamnation lors de l’audience prévue le 24 juillet 2018 au Tribunal de pax de Rutshuru», a déclaré au CODHAS un membre de sa famille.

C’est ce mardi 24 juillet 2018 que va débuter la première audience du procès d’Elias Bizimungu arrêté depuis le 31 mai 2018 à Rutshuru pour avoir participé à une marche pacifique demandant la fin du kidnapping par le rétablissement de la paix. Le Collectif d’actions de la société civile (CASC) exige également sa libération.

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*