RDC : Filimbi prend acte de la fin de la prise d’otage de Fred et Yves

(Kinshasa, le 29 août 2016) – Dans un communiqué officiel, le Collectif FILIMBI exprime son immense joie en apprenant ce lundi la fin de la « prise d’otage » de Fred Bauma et Yves Makwambala enlevés par des agents de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) le 15 mars 2015 à l’issue de la conférence de presse du lancement du collectif FILIMBI à Kinshasa. De ce fait, il remercie infiniment toute personne ayant contribué, de près ou de loin, à cette libération.

Bien que cette libération confirme le caractère injuste et illégal de cette détention, le collectif FILIMBI s’étonne du caractère provisoire de celle-ci ainsi que du maintien de toutes les charges, cela laisse penser que les « ravisseurs » s’attendent à une rançon plus importante.

« L’alternance en 2016 n’étant pas négociable, le collectif FILIMBI exige que toutes les charges soient abandonnées, que des poursuites soient engagées contre toute personne impliquée dans cette affaire, en commençant par le Directeur Général de l’ANR dont les actes de répression se sont fortement multipliés depuis lors, et que tous les prisonniers politiques et d’opinion encore détenus soient libérés sans condition », déclare – t – il.

Selon le collectif FILIMBI des jeunes congolais, épris de paix et soucieux d’éveiller la conscience de leurs compatriotes sur la démocratie et l’engagement civique, ont été victimes de graves atteintes aux Droits de l’Homme, privés de liberté ou poussés à l’exil pour avoir exercé des droits protégés par la Constitution.

Et de préciser : « Des accusations extrêmement graves et volontairement destructrices ont été portées par le Gouvernement de la République, à travers notamment le Ministre de la Communication, Médias et porte-parole qui les a qualifiés de terroristes, en violation du principe fondamental de la présomption d’innocence, et sur base d’un montage grossier du Directeur Général de l’ANR avec sans aucun doute l’accord du président Kabila qui vient une fois de plus de confirmer que c’est lui seul qui régente la justice congolaise ».

Par ailleurs, le collectif FILIMBI précise que la libération des prisonniers politiques et d’opinion, dont ont bénéficié Yves et Fred, fait suite aux mesures de décrispations dans le cadre du dialogue convoqué par le Président Joseph Kabila. Il n’entend pas y prendre part, dit – t – il.  Car, il est clairement établi qu’une telle rencontre aboutira au maintien de l’actuel président au-delà du délai constitutionnel ainsi qu’à  la mise en place d’un gouvernement de transition en violation de la Constitution.

Le collectif FILIMBI se réjouit également de la libération du défenseur des Droits de l’Homme Christopher Ngoyi et de celle de Jean Marie Kalonji, jeune militant pro-démocratie Coordonnateur du mouvement Citoyen la 4ème voie.

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*