Dernière mise à jour le 12/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : La MONUSCO condamne la violation de sa propriété à Kananga et demande que les auteurs répondent de leurs actes

Publié le : 29 August, 2017 à 19 h 42 min


Kinshasa, 29 août 2017 – Dans un communiqué officiel, le Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, Maman Sidikou, a condamné fermement la violation de la propriété des Nations Unies à Kananga, province du Kasaï Central, le lundi 28 août, par des soldats de l’armée congolaise. Un groupe de soldats, sous les ordres du général Marcellin Assumani, commandant des opérations dans la région des Kasaï, a forcé l’entrée de la base de la MONUSCO au prétexte de poursuivre un journaliste venu s’y réfugier.

Les Nations Unies sont préoccupées par ce très grave incident, d’autant plus que celui-ci s’est déroulé sous le commandement direct d’un officier supérieur. Les locaux de la MONUSCO sont inviolables en vertu de l’Accord sur le statut des Forces entre les Nations Unies et le Gouvernement de la République démocratique du Congo (SOFA), ainsi que la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies.

Les Nations Unies demandent au gouvernement de la RDC de respecter ses obligations telles que prévues dans le SOFA et autres accords applicables.

« Nous demandons également au gouvernement congolais de s’assurer que les responsables de cet incident répondent de leurs actes et de prendre les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus », a indiqué M. Sidikou, chef de la MONUSCO.

De plus, étant donné le contexte dans lequel s’est déroulé ce regrettable incident, le Représentant spécial voudrait saisir l’occasion pour rappeler, une nouvelle fois, la préoccupation des Nations Unies face à la restriction de l’espace dans lequel les journalistes peuvent exercer leur métier en RDC.

« La liberté d’informer est un des piliers de la démocratie. Les tracasseries et menaces dont les journalistes sont de plus en plus souvent la cible témoignent d’une restriction de l’espace de la liberté d’expression qui ne va pas dans le sens de la décrispation attendue », a ajouté M. Sidikou.

SYC