Dernière mise à jour le 10/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : La VSV dénonce la détention illégale, prolongée et dans des mauvaises conditions de plusieurs militants de l’UDPS aux cachots de l’ANR

Publié le : 14 December, 2017 à 18 h 00 min


(Kinshasa, le 14 Décembre 2017) – La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) exprime ses vives inquiétudes relativement à la persistance des détentions illégales et prolongées des militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS)et autres  personnes dans les cachots des services de sécurité dont l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) et d’autres cachots parallèles ne dépendant pas de parquets.

D’après cette ONGDH, les victimes  y sont enfermées dans de mauvaises conditions et placées sous régime d’interdiction de toute visite de la part de leurs membres de familles, avocats ou défenseurs des droits humains et moins encore, sans que leurs dossiers ne fassent l’objet d’une célérité de traitement pour le transfert devant les instances judiciaires compétentes.

A titre illustratif et non exhaustif, il s’agit de:

Messieurs Christian Lumu LukusaetJames Katshinga, respectivement Porte-parole de la Ligue des Jeunes de l’UDPS et membre du service de protocole de monsieur Félix Tshisekedi, Président du Rassemblement des Forces Sociales Acquises au Changement. Les deux membres de l’UDPS ont été enlevés mercredi 22 novembre 2017 au niveau de la Place commerciale, à la 7ème rue dans la commune de Limete et sont détenus au cachot de l’ANR/DSI, sis avenue du Fleuve, ex Trois Z, en face de la Primature à Kinshasa/Gombe ;

– M. Gérard Mulumba Gecoco,Député national honoraire et membre de l’UDPS. Il a été arrêté à l’aéroport de N’djili vendredi 10 novembre 2017 par la Direction Générale de Migration (DGM) et placé en détention au cachot de l’ANR. Il est soupçonné d’outrage au Chef de l’Etat sur les réseaux sociaux;

– Monsieur Espoir Ngwala Mayasi, enlevé depuis le 04 juin 2014 devant le restaurant la Chaumière à Kinshasa/Gombe. Il est soupçonné d’atteinte à la sécurité de l’Etat. La victime vient de totaliser plus de quarante-deux (42) mois de détention au cachot de l’ANR, sis cabinet de l’Administrateur Général de ce service qui le poursuit d’« atteinte à la sécurité de l’Etat » ;

– M. Théobar Kibonge Mulumba, un des condamnés à mort dans l’affaire assassinat du feu Président  Laurent Désiré Kabila. Il  a été enlevé à Brazzaville, République du Congo après les évasions massives du 17 mai 2017 à la Prison Centrale de Makala/Kinshasa (PCM). Il a été extradé à Kinshasa  le  14 septembre 2017, en compagnie de M. Gerengbo Margeland (non autrement identifié).  Les deux victimes sont détenues au cachot de l’ANR/UCB.

– Monsieur John Malubunyi Kaloba, ancien kadogo (enfant soldat) déjà démobilisé et ancien chef d’antenne provinciale de la Cellule Nationale de Renseignements Financiers (CENARF/Nord-Kivu) dont la mission porte sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le terrorisme. Arrêté depuis le 26 février 2013 à son domicile à Kinshasa,  la victime vient de totaliser quatre (4) ans et neuf (9) mois de détention au cachot de l’ANR/UCB. La victime serait soupçonnée d’avoir dénoncé un trafic de blanchiment d’argent entretenu par certains opérateurs économiques et autres personnalités ;

– Monsieur Freddy Kalala Tshibwabwa, arrêté depuis mercredi 03 mai 2017 et placé en détention à l’ANR/DSI en face de la Primature. Il est soupçonné dedétention de faux billets de cinq mille franc congolais(5000 FC);

– Monsieur Sankara Mutombo, membre de l’UDPS placé en détention durant plusieurs mois avec d’autres militants co-détenus au cachot de l’ANR, sis cabinet de l’Administrateur Général à l’immeuble ex UCB à Kinshasa/Gombe.

Eu égard à ce qui précède, la VSV fustige tout recours  aux mêmes méthodes surannées et antidémocratiques tant décriées sous la deuxième république du feu Président Marechal Mobutu Sese Seko Kukugbendu Wazabanga et invite instamment les autorités rd congolaises de :

  • diligenter une enquête indépendante sur les cas d’enlèvement des militants de l’UDPS et autres personnes par l’ANR suivi de leur détentions illégales et prolongées, en vue d’établir les responsabilités  et sanctionner les coupables et commanditaires ;
  • libérersans condition toutes les victimes, sinon les déférer devant leurs juges naturels en cas des griefs sérieux à charge ;
  • mettre tout en œuvre en vue de lutter effectivement contre l’impunité en ordonnant la fermeture de tous les cachots parallèles ne dépendant pas de parquets y compris ceux de l’ANR;
  • garantir le droit à un procès juste et équitable en faveur des victimes d’enlèvements, arrestations arbitraires et détentions illégales en dépit de circonstances de lieux et de temps ;
  • indemniser les victimes pour les préjudices subis.

SYC