Dernière mise à jour le 12/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : L’ACIDH dénonce la restriction des manifestations publiques de l’Opposition au Kasaï Oriental

Publié le : 6 November, 2017 à 10 h 03 min


(Mbuji-Mayi, le 6 Novembre 2017) – L’Action Contre L’impunité pour les Droits Humains (ACIDH) a dénoncé la restriction des manifestations publiques de l’Opposition dans la province du Kasaï Oriental. Dans un communiqué officiel, cette ONGDH exprime sa vive préoccupation quant à la lettre d’interdiction de manifestations publiques, du 24 octobre 2017, que le Maire de la Ville de Mbuji-Mayi a adressée aux Membres des différents partis politiques et associations des chauffeurs taxi moto…, depuis I’annonce de l’arrivée imminente de Monsieur Félix TSHILOMBO, Président du RASSOP.

L’ACIDH constate que cette lettre est en contradiction avec ce qui se fait sur terrain. Et indique que le même Maire de la ville est au courant qu’il y a des marches, caravanes motorisées de certains hommes d’affaires de la ville, les danses devant certains bureaux d’achat de Diamants qui s’organisent sans inquiétudes au vu et au su des autorités polico-adrninistratives.

“L’ACIDH a tendance à croire que cette mesure est prise de manière discriminatoire basée sur I’appartenance politique au détriment des membres de I’opposition qui continuent à informer sa base avec des calicots qui pullulent dans la ville, de I’accueil du Président du RASSOP dans la ville de Mbuji-Mayi et rappel que conformément à I’article 26 alinéa I et 2 de la Constitution RD Congolaise en vigueur, la liberté de manifestation est garantie. Toute manifestation sur les voies publiques ou en plein air, impose aux organisateurs d’informer par écrit I’autorité administrative compétente. D’où, ce régime est d’information et non d’autorisation et lui demande de se conformer au prescrit de notre Constitution”.

 L’ACIDH prévient, pour qu’il n y ait plus de dégâts comme ce fut le cas à Lubumbashi et à Goma où il a été enregistré des morts déplorés dans les échauffourées avec la police, que cette violation de la Constitution est parfois à la base de I’usage disproportionné de la force et des violences récurrentes dans la province du Kasai Oriental, parfois expose au bain de sang.

Elle recommande :
1. A I’autorité provinciale

De s’impliquer au respect strict de la constitution qui garantit les libertés des manifestations publiques, et d’ordonner au Maire de retirer cette mesure discriminatoire et arbitraire et permettre aux services de sécurité de prendre toutes les dispositions pour encadrer les manifestants.

2. Au Maire de la ville.
De prendre des dispositions pour encadrer cette manifestation si jamais le président du RASSOP venait à MBUJIMAYI et retirer cette interdiction à tendance arbitraire.

3. Aux Membres des partis politiques, associations des motos tâxi-..

D’informer la mairie attend et préciser les itinéraires à prendre pour éviter les dégâts.

SYC