Dernière mise à jour le 07/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : le CNRJ invite la CENI à écarter l’option d’utilisation de la machine à voter !

Publié le : 16 May, 2018 à 18 h 28 min


Goma, le 16 mai 2018 – Le Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse en RDC(CNRJ-RDC) appelle la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI) à écarter l’option d’utilisation de la machine à voter pour les prochaines élections. D’après cette structure de la société civile, la centrale électorale a tout intérêt à organiser des élections dignes, crédibles, transparentes et démocratiques sans chercher à exclure une certaine catégorie des citoyens n’ayant pas des notions sur la machine dite à voter.

Le CNRJ rappelle à la CENI qu’elle devrait être neutre et réellement indépendante, cela fera à ce que les résultats de prochaines élections ne souffriront d’aucune contestation.

Le  deuxième et dernier mandat du Président Kabila avait expiré en décembre 2016, constate le CNRJ, la CENI n’était pas en mesure d’organiser les élections. A la suite de cette situation, un accord dit de la saint-Sylvestre avait été signé le 31 décembre 2016. Ce dernier avait accordé à la CENI d’organiser les élections avant la fin de l’année 2017, cependant rien n’avait été fait.

Le CNRJ se réfère à un article publié par Jeune Afrique le 25 novembre 2017 à 15h54’, mis à jour le 26 novembre 2017 à 19h29, intitulé : « Exlusif – Réforme électorale en RDC : Un enregistrement sonore révèle la stratégie du parti de Kabila ».

Dans cet enregistrement, le parti de Kabila PPRD avait mis comme stratégie de gagner les élections, l’utilisation de la machine à voter, stratégie que le CENI semble utiliser pour le moment en multipliant des campagnes des sensibilisation pour l’utilisation de cette machine là.

C’est ainsi que le CNRJ propose à la CENI qu’elle ne devrait pas tomber dans un piège qui mettra en doute sa crédibilité en utilisant des stratégies d’une classe politique au détriment de toute une nation.

« Notre démocratie dépend de la participation active des citoyens aux élections, le vote demeure le fondement de la démocratie, et aucun citoyen ne devrait pas y être exclu sous prétexte du développement de la technologie », a déclaré Jean Claude Buuma Mishiki, Président du CNRJ-RDC.

SYC