RDC : Mort de deux experts de l’ONU, la VSV exige une enquête et des sanctions sévères contre les auteurs

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a appris avec consternation l’assassinat de deux Experts des Nations Unies arrivés officiellement en RDCongo en vue d’enquêter entre autres sur les violations des droits Humains y perpétrés par toutes parties au conflit dans la province du Kasaï Central.

Enlevés depuis le 12 mars 2017, les deux Experts Michael Sharp de nationalité américaine et Zaida Catalan de nationalité suédoise en compagnie de quatre (4) congolais dont l’interprète BETU TSHINTELA alors qu’ils étaient en plein exercice de leurs fonctions, les corps sans vie de trois (3) précités ont été découverts parmi lesquels celui de madame Zaida décapité.

La VSV dénonce et condamne fermement cet ignoble assassinat qui rappelle la récente tuerie on ne peut plus choquant de trente-neuf (39) policiers et les massacres et autres tueries perpétrés en République Démocratique du Congo en toute impunité prouvant ainsi à suffisance la problématique de l’absence de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

Pour la VSV, l’assassinat de deux Experts des Nations Unies qui pourtant devraient inspirer des réserves de la part des criminels sans foi ni loi est un signal fort en direction des défenseurs des droits humains et autres chercheurs internationaux ainsi que toute personne éprise du respect des droits de la personne humaine que personne n’est à l’abri en RDCongo.

Aussi, la VSV pense qu’une enquête internationale indépendante susceptible de faire la lumière sur les circonstances réelles dudit assassinat est la seule à même de contribuer à la lutte contre l’impunité et d’aboutir sur des sanctions sévères contre les auteurs dudit assassinat en vue de prévenir la commission des crimes similaires à l’encontre des experts venant à la rescousse de la RDCongo pour lutter effectivement contre les violations des droits humains.

La VSV dénonce la précipitation avec laquelle, le porte parole du gouvernement attribue la responsabilité dudit assassinat aux miliciens de Kamwina Nsapu alors que tout le monde en appelle à la coopération du gouvernement congolais pour une enquête internationale indépendante devant établir toute la lumière sur ce crime.

En définitive, la VSV invite toutes parties au conflit à respecter le droit à la vie qui est non seulement sacré mais également le premier des droits de l’homme.

SYC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*