Dernière mise à jour le 21/11/2018
Logo sauti ya congo

RDC : Nord-Kivu, il est urgent de mettre fin à la criminalité chronique au sud de la province

Publié le : 25 March, 2016 à 14 h 52 min


Le CIDDHOPE appelle les autorités politico-administratives, militaires, sécuritaires et judiciaires ainsi que la Monusco en province et à Kinshasa à se pencher résolument sur la problématique de l’insécurité chronique qui écume la partie sud de la Province du Nord-Kivu.

Le CIDDHOPE invite les mêmes autorités non seulement à déclencher immédiatement des enquêtes non complaisantes afin de retrouver les auteurs  des crimes ci-dessous mais aussi arrêter tous les commandants des troupes militaires et des services de sécurité œuvrant dans les tronçons KIWANJA-ISHASHA et KANYABAYONGA-KIWANJA via BUSENDO dans le parc national de Virunga pour non assistance à personnes voyageuses.

Quelques faits

En date du 21 mars 2013, le corps sans vie d’une femme nommée SIFA Annie âgée de 21 ans reconnue comme habitant le camp Katindo a été retrouvé sur Avenue RUTOBOKO au Quartier MABANGA-SUD en Ville de Goma aux premières heures du matin. Des autorités politico – administratives, CIDDHOPE a appris que les auteurs de cet acte ne sont pas encore connus avant de chuter en disant que les enquêtes continuent. Le corps est déposé à la morgue de l’Hôpital Provincial du Nord-Kivu à Goma. .

Le 20 mars 2016, une attaque armée a été dirigée contre le véhicule des prêtres de la congrégation des Pères Caracciolini de la Paroisse Catholique de Binza/Nyamilima  en partance pour Kiseguro pour la célébration du dimanche des rameaux à Chamutundu à environ 28 Km de la cité de Kiwanja et de 12 Km de la localité de Nyamilima. Le bilan fait état des blessures par balles contre un prêtre, son chauffeur Patrick KAMBALE et une femme de Kiseguro qui se rendait à l’hôpital général de référence de Nyamilima pour les soins et ayant bénéficié de la générosité du prêtre.

Les blessés ont été dépêchés à Nyamilima pour des soins d’urgence mais les informations les plus sures renseignent que la dame aurait succombé à ses blessures après quelques heures aux soins. Les deux autres seraient déjà à Goma pour des soins appropriés.

En date du 17 mars 2016, un camion de marque FUSO à destination d’ISHASHA avait été incendié par des bandits dans la même entité aux heures matinales.  Le samedi 19 mars 2016 vers 9h00’,  un chauffeur d’un véhicule marque FUSO en provenance de Goma pour Butembo du nom de KAPITULA NZANGURA Dany, âgé de 29 ans, a été tué à Busendo par des bandits identifiés aux FDLR. Son inhumation est intervenue le dimanche 20 mars 2016 à l’issue d’une procession par ses familiers, amis, collègues de service et connaissances transportant sur leurs épaules le cercueil jusqu’au cimetière Kanyamuhanga en guise d’indignation contre les tueries en répétition dans la zone susmentionnée.

A la même date et au même endroit au courant de la même journée, 6 personnes ont été retirées à bord d’un camion marque FUSO en provenance de Kirumba pour Goma. Les infortunés ont été emmenées en brousse par des bandits identifiés aux FDLR qui via des appels téléphoniques exigent aux membres de familles de leurs otages une caution de 3000$ par personne pour la libération.

Toujours à la même date, meurtre à 21h00’ des Messieurs MBIHAYE DJUMA âgé de 29 ans agent à l’ANR et THEOPHILE âgé de 27 ans et relai communautaire à MITEYO en Territoire de Masisi, Chefferie des Bahunde, Groupement Ufamandu 1er en localité NGUNGU.

Le 14 mars 2016, fermeture de deux Sous Commissariats et 1 Commissariat de la Police Nationale Congolaise au village KIRUMBU, Groupement Bashali-Mokoto en Territoire de Masisi suite à la puissance de feu de Mai-Mai Nyatura sous le commandement d’un certain Colonel autoproclamé BIGIRIBAGABO. Quelques semaines plus tôt, cinq Sous-commissariats et un commissariat de la PNC venaient de fermer leurs portes dans la zone. Craignant pour leurs vies, les populations civiles se sont déjà déplacées vers d’autres entités.

Au demeurant, le CIDDHOPE prend acte du lancement des opérations de reprise des localités aux mains de MaiMai Nyatuta ce lundi 21 mars 2016 en Groupement Bashali-Mokoto et le déplacement à la même date du Gouverneur de Province, les membres du Comité provincial de sécurité et le Commandant des opérations SOKOLA 2  à Rutshuru pour tenter de donner solution à la recrudescence de l’insécurité dans la zone.

Le CIDDHOPE est sidéré par le fait que par négligence ou complicité, les commandants des troupes militaires ainsi que les services de sécurité civils et militaires œuvrant dans les tronçons KIWANJA-ISHASHA et KANYABAYONGA-KIWANJA via BUSENDO n’arrivent nullement à assurer la sécurité aux personnes et aux biens.

L’insécurité sur ces tronçons est injustifiable d’autant plus qu’en 2005 la 5ième Brigade qui était sous la houlette du Colonel  SHE KASIKILA y avait consolidé la paix à telle enseigne que les voyages nocturnes  par motos, véhicules voir même par vélo étaient effectifs. Le CIDDHOPE espère une diligence similaire à celle dont a fait montre ladite brigade.

Le CIDDHOPE peine à s’expliquer comment des tueries, kidnappings, blessures par balles et grenade peuvent devenir monnaie courante dans des endroits accessibles comme MITEYO, BINZA, BUSENDO, GOMA en territoires de MASISI, RUTSHURU et GOMA supposés libérés par l’armée congolaise.

SYC

Ci – Joint : COMMUNIQUE DE PRESSE N°024 DU CIDDHOPE 2016