Dernière mise à jour le 12/12/2018
Logo sauti ya congo

RDC : Trois Provinces interdisent la marche de l’opposition de ce jeudi 26 mai

Publié le : 25 May, 2016 à 14 h 05 min


(Lubumbashi, le 25 mai 2016) – Kasaï – Oriental, Nord – Kivu et Haut – Katanga ont interdit la marche annoncée pour ce jeudi  26 mai 2016 alors que Kinshasa a pris des dispositions conformément à la loi pour encadrer les manifestants selon l’itinéraire prévue.

Le Maire de la Ville de  Mbuji – Mayi (Kasaï – Oriental), réagissant à la lettre d’information de la Dynamique de l’Opposition, G7 et LUCHA lui adressée le 21 mai, a évoqué deux observations pour motiver son interdiction :

« Votre précitée (lettre d’information) ne donne aucune motivation sur le bien fondé de l’organisation de la marche projetée pacifique soit – elle. Les regroupements politiques dont vous êtes signataires de la lettre sous examen n’ont pas d’existence juridique pour que vous soyez des interlocuteurs valables de l’autorité urbaine ».

A Goma (Nord – Kivu), le Gouverneur de Province Julien Paluku a évoqué les mêmes arguments pour interdire cette marche. Selon lui, le G7, le Front Citoyen et la Dynamique de l’Opposition n’existent pas selon la loi au Ministère de l’Intérieur.

« Je tiens ici à confirmer la décision des trois maires (Goma, Beni & Butembo) qui viennent d’interdire le 26 mai les manifestations dans les 3 Villes. Comme Gouverneur, j’élargi cette mesure sur l’ensemble de la province pour deux raisons : ces structures ne sont pas légales et la province du Nord – Kivu est en deuil. Dans nos traditions on ne pleure pas les gens dans la rue en manifestant », a déclaré Julien Paluku dans une conférence de presse.

Dans une lettre officielle destinée au Porte parole de la Dynamique de l’Opposition, le Maire de la Ville de Lubumbashi, Oscar SANGUZA MUTUNDA affirme que le Comité Urbain de sécurité a étudié la lettre relative à l’annonce de cette marche lui formulée dans un courrier en date du 16 mai courant.

« Il ressort que la tenue de cette marche est inopportune d’autant plus que l’arrêt de la Cour Constitutionnelle est irrévocable et opposable à tous », a indiqué le Maire de la Ville de Lubumbashi.

Par conséquent, si la Dynamique de l’Opposition se permettait d’organiser cette marche cela serait, selon lui, « enfreindre à la loi ».

D’aucuns s’interrogent sur les vraies raisons que cache cette interdiction si à Kinshasa, siège des Institutions de la République Démocratique du Congo, la marche a été confirmée après une séance de travaille avec le Gouverneur de la Ville ce mardi 24 mai.

« Le Maire de la ville n’avait qu’à prendre acte de l’itinéraire de la marche comme l’a fait le Gouverneur André Kimbuta à Kinshasa. Nous contestons cette attitude discriminatoire qui frise l’intolérance politique des autorités politico – administratives de Lubumbashi. Le droit de manifester est constitutionnellement reconnu à tout citoyen congolais. Nous dénonçons formellement cette interdiction », a déclaré Me. Jonas Mulumba, Activiste des Droits de l’Homme.

La Dynamique de l’Opposition a projetée cette marche pacifique afin de dénoncer l’arrêt de la Cour Constitutionnelle en rapport avec l’interprétation de l’article 70 de la Constitution autorisant au Président de la République de rester en fonction jusqu’à l’installation du Président élu.

SYC