Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Une enquête sur le rapport, To Purge the Forest by Force (Purger la forêt par la force), publié par Minority Rights Group (MRG) le 06 avril 2022, menace des témoins et des enquêteurs, selon le responsable d’une organisation travaillant dans la région.

« Cette enquête, qui se présente comme indépendante, est en fait menée par les mêmes parties présumées avoir perpétré les atrocités et les violations des droits de l’homme qui ont été identifiées dans le rapport du MRG », selon Dr Deborah S. Rogers, présidente du réseau mondial, Initiative for Equality (IfE). « En tant que telle, cette enquête est à la fois illégitime et très dangereuse, car elle vise à identifier les témoins et les enquêteurs qui pourraient être appelés dans tout procès qui se déroule. »

En fait, a ajouté Rogers, les personnes qui ont été identifiées par cette « enquête indépendante mixte » comme témoins ou enquêteurs ont par la suite reçu des menaces de mort ou des avertissements, et plusieurs sont entrées dans la clandestinité.

« Cela a déjà un effet dissuasif sur les témoins potentiels qui pourraient autrement témoigner contre les auteurs présumés des crimes », a-t-elle déclaré.

Le rapport du MRG publié le 6 avril a fourni de documentation sur l’utilisation de la force de type militaire pour chasser les autochtones Batwa de leurs terres traditionnelles dans le parc national de Kahuzi Biega, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Cette force comprenait des menaces de mort, des raids militaires sur des villages avec des armes lourdes, l’incendie de villages entiers, des tirs et des meurtres sur des personnes, des personnes brûlées vives (y compris des enfants), des viols de masse et d’autres crimes. Ces activités ont été documentées par MRG comme ayant eu lieu de 2019 à 2021, malgré les avertissements répétés aux responsables du parc et aux donateurs des ONG internationales et des groupes de la société civile.

Un rapport antérieur, What Happens in the Park (Ce qui se passe dans le parc), publié en janvier 2022 par Initiative for Equality, a fourni une liste de tous les abus et crimes qui auraient eu lieu dans le parc national de Kahuzi Biega d’août 2017 à décembre 2021. Ce rapport énumérait la mort de 29 autochtones Batwa, comme l’ont rapporté des membres de la communauté et des ONG sur le terrain, mais n’a pas fourni de documentation détaillée.

Le rapport du MRG du 06 avril, et un rapport de suivi ultérieur intitulé Fortress Conservation and International Accountability for Human Rights Violations against Batwa in Kahuzi-Biega National Park (Conservation de la forteresse et responsabilité internationale pour les violations des droits de l’homme contre les Batwa dans le parc national de Kahuzi-Biega), tentent d’attribuer la responsabilité à plusieurs acteurs principaux. Il s’agit notamment des gestionnaires du parc, de l’agence congolaise pour la conservation de la nature, des donateurs qui ont continué à financer les opérations dans le parc même après avoir appris les meurtres, et des grandes organisations de conservation et des consultants qui mettent en œuvre des activités liées à la conservation pour les donateurs. Les personnes désignées comme potentiellement coupables ont immédiatement mis sur pied une « enquête indépendante mixte ». L’agence donatrice allemande a publié un communiqué de presse annonçant la formation de « l’enquête » le 06 avril – le jour même où le rapport du MRG a été publié.     

Il a depuis été rapporté qu’au cours de l ‘« enquête mixte indépendante », de nombreuses personnes ont été invitées à donner les noms des enquêteurs qui ont travaillé sur le rapport original du MRG et des témoins qui peuvent témoigner sur les atrocités qui ont été documentées. Croyant parler aux enquêteurs officiels de bonne foi, de nombreuses personnes ont donné des noms comme demandé. Les personnes dont les noms ont été donnés comme témoins ou enquêteurs ont ensuite reçu des menaces de mort directes ou ont été informées qu’elles risquaient d’être lésées par certaines parties collaborant à cette « enquête ». En outre, les organisations qui se sont portées garantes de la véracité du rapport du MRG du 06 avril ont été menacées de retrait de leur statut juridique en tant qu’organisations de défense des droits de l’homme à but non lucratif en RDC.

« Nous pensons que l’objectif principal de « l’enquête indépendante mixte » est de rendre impossible une enquête légitime ou une affaire judiciaire en effrayant les témoins, afin de protéger les parties accusées de violations des sanctions ou de crimes graves », a déclaré Rogers.

Selon Rogers, les véritables héros sont les membres de la communauté autochtone Batwa qui se sont dressés face aux menaces, aux incendies de villages et aux meurtres. De nombreux membres de ces communautés ont été cités dans le rapport du MRG et dans une déclaration ultérieure envoyée aux agences gouvernementales congolaises le 27 avril, dénonçant  « l’enquête indépendante mixte » (voir ci-joint).

« Si les personnes confrontées à ces menaces existentielles sont prêtes à mettre leur vie en jeu pour défendre leurs terres, leur culture et la justice, alors il nous incombe à nous autres membres de la communauté internationale de nous tenir à leurs côtés », a déclaré Rogers. « Nous appelons à l’arrêt immédiat de « l’enquête indépendante mixte » et à la prise de mesures pour assurer la sécurité des témoins et des enquêteurs. Nous appelons également à une enquête véritablement indépendante et légalement constituée sur les abus exposés dans le rapport du MRG, et à ce que sa portée inclue une enquête sur “l’enquête indépendante    mixte” elle-même », a-t-elle déclaré.

What's your reaction?
0Oui0Non
À propos de Sauti Ya Congo

Sauti Ya Congo est un portail diffusant les résultats de la recherche, les actions des plaidoyers, et d’autres publications d’organisations non gouvernementales dans les domaines de la justice, des droits de l’homme et de la protection des civils en République démocratique du Congo. Lire plus… 

Nous contacter
À propos de Sauti Ya Congo

Sauti ya Congo (« La voix du Congo » en swahili) est un site-web diffusant les publications d’organisations non-gouvernementales et autres acteurs œuvrant pour le respect des droits humains et la justice en République démocratique du Congo.


Nous avons pour objectif de faire entendre les voix des Congolaises et Congolais des quatre coins du pays qui luttent pour un Congo nouveau, où les droits de tous sont respectés.

Vision

Avoir un Congo démocratique où les droits de tous les Congolais sont respectés.

Sauti Ya Congo © . Tous les droits reservés.